Comment choisir son master de droit : les 7 questions que vous vous posez (et les réponses qui vont avec)


Comment choisir son master de droit : les 7 questions que vous vous posez (et les réponses qui vont avec)

La question de l’orientation en master est un sujet angoissant pour de nombreux étudiants et je reçois de nombreuses questions à ce sujet, j’ai donc sélectionné les 7 interrogations les plus fréquentes afin d’y répondre.

Mais avant de commencer, j’aimerais faire deux précisions. La première, vous pouvez la deviner sans que je vous le dise : il est plutôt recommandé de choisir un master en fonction de votre projet professionnel. Et pour la seconde, j’aimerais y mettre un bémol tout de suite : le choix de votre master n’est pas une prison qui vous enferme pour le reste de votre vie.

Vous trouverez des juristes avec des spécialités variées qui ont changé d’orientation pour finalement travailler dans la logistique, l’immobilier, le tourisme, le lobbying, la gestion de patrimoine, l’animation, l’hôtellerie, etc. Le seul critère qui fera la différence au final, c’est votre motivation. Alors détendez-vous…

Ces remarques étant faites, il faut bien avouer que le choix du master reste souvent compliqué : telle ou telle spécialité, telle ou telle université, master professionnel ou master recherche… Tant de questions et si peu de réponses, jusqu’à aujourd’hui !

Comment choisir son master de droit : les 7 questions que vous vous posez (et les réponses qui vont avec)

 

  • Comment choisir à quel master postuler ?

« Dois-je postuler à ce master ou à ce master ? » est une question récurrente. Et la réponse est simple : postulez partout où vous pouvez ! Car en l’état, l’immense majorité des M2 restent sélectifs et ce n’est pas parce que vous allez postuler quelque part que vous serez pris… donc postulez partout.

Mieux vaut avoir un problème de riche en devant choisir parce qu’on est admis dans plusieurs endroits que d’être dans la mouise parce qu’on n’est pas pris dans l’unique master où l’on a postulé.

 

  • Est-ce que c’est mieux de faire son master dans une université parisienne ?

La question qui tue. Mais il faut être lucide sur vos objectifs et vous trouverez la réponse par vous-même.

Si votre projet est de passer le concours d’attaché territorial ou l’examen du CRFPA pour rester vivre dans votre département (ou pas loin), vous n’avez objectivement aucune raison d’investir dans un master à Paris. Et je dis « investir » car c’est bien de ça dont il s’agit : même en vivant modestement, le coût d’une année universitaire dans la capitale n’a rien de négligeable !

En revanche, si votre but est de venir travailler dans un grand cabinet de conseil parisien, de passer le concours de l’ENA ou autre joyeuseté de ce genre, « monter à Paris » est souvent une étape nécessaire. Pas toujours, mais bon… Le diplômé Essec-Assas aura globalement plus de chances d’attirer l’attention d’un recruteur parisien que le titulaire d’un master d’une « université des territoires ».

 

  • Est-ce que le droit privé est plus « rentable » que le droit public ?

Quand on est fan de Suits, Ally McBeal ou The Good Wife, on a tendance à penser qu’un juriste de talent est forcément un spécialiste du droit privé, américain si possible… Objection !

Le droit privé semble plus accessible parce qu’on sait tous ce qu’est un divorce, un vol ou une baston. Mais les pros du droit public interviennent souvent sur de gros dossiers : marchés publics, atteinte environnementale, contentieux européen… Et comme ils sont plus rares, ils ont une insertion professionnelle (souvent) plus facile.

Attention, cela ne veut pas dire que le droit privé n’a aucun intérêt, loin de là. Cela veut surtout dire que vous devez choisir votre orientation en fonction de vos ambitions. Pour passer un concours administratif, mieux vaut miser sur le droit public. Pour devenir juriste d’entreprise, mieux vaut miser sur le droit privé. Pour devenir commissaire de police, mieux vaut miser sur le droit pénal. Vous saisissez l’idée ?

 

choisir

 

  • Pourquoi peu de personnes s’engagent dans le droit public ?

« Peu », c’est vite dit. Les lauréats des concours de la fonction publique ont souvent un peu plus que quelques connaissances en droit public. Idem pour les experts-comptables, les lobbyistes, les avocats fiscalistes, les notaires et les agents immobiliers…

Il y a sans doute moins d’avocats spécialisés en droit administratif qu’en droit de la famille, c’est certain, mais cela ne veut pas dire que le droit public est délaissé.

 

  • Est-ce que certains masters servent à préparer les concours administratifs ?

Certains masters ont effectivement l’objectif affiché de préparer les concours de la fonction publique. Il y a ainsi des masters de droit des collectivités territoriales ou de droit des interventions sanitaires et sociales, par exemple.

Il y a également des masters « carrières judiciaires qui visent principalement la réussite aux concours de la police, la magistrature et la gendarmerie.

 

  • Faut-il plutôt faire un master professionnel ou un master recherche ?

La réponse classique à cette question est de faire un master professionnel si on vise l’insertion professionnelle et de faire un master recherche si on vise la recherche. Bullshit !

Cette distinction complètement artificielle n’existe qu’en France. Elle a été adoptée (à l’époque « temporairement ») lors de la réforme LMD pour maintenir la différence entre les DESS (diplômes d’études supérieures spécialisés) et les DEA (diplômes d’études approfondies). Mais cela n’a globalement aucune incidence.

Si vous jugez que les enseignements d’un master correspondent à vos envies et votre projet, peu importe qu’il soit « professionnel » ou « recherche ». La seule vraie distinction (qui n’est pas toujours vraie) est que la première formule prévoit un stage quand la deuxième option prévoit un mémoire de recherche. Mais les employeurs retiennent surtout que vous avez un master dans tel ou tel domaine, point barre. C’est ensuite à vous de faire vos preuves.

 

  • Comment faire si je ne trouve pas d’emploi dans la spécialité de mon master ?

Cherchez ailleurs ; c’est tout ce qui vous reste à faire !

Blague à part, c’est le cas de la plupart des gens. La spécialité d’un master n’est pas le gage d’un emploi correspondant spécifiquement à la matière qui a le plus gros coeff sur votre maquette de diplôme. Et c’est tant mieux car ça veut dire que de nombreuses portes restent ouvertes !

 


Abonnez-vous à Juriswin !

Sinscrire

 
N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires de cet article !
Vous pouvez aussi rejoindre Juriswin sur Facebook et/ou Twitter
 

logo juriswin
 
 

Publicités

Un commentaire sur « Comment choisir son master de droit : les 7 questions que vous vous posez (et les réponses qui vont avec) »

Participez à la discussion et laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s